Actualités

Industries extractives
829,3 milliards Fcfa de recettes minières en 2013
D’après le deuxième rapport Itie de l’exercice 2013 publié le 17 juin 2015 à Yaoundé, les contributions du secteur extractif dans le budget de l’Etat ont totalisé un montant de 788.3 milliards de Fcfa soit 95% du total des revenus.
A l’analyse du rapport Itie pour l’année fiscale 2013 présenté par le Cabinet Moore Stephens, l’on constate que les revenus issus des industries extractives ont significativement contribué à l’économie nationale.
Les recettes engendrées par les 22 entreprises retenues par le Comité Itie s’élèvent à 829.3 milliards de Fcfa. Une enveloppe de 788.2 milliards a été allouée au budget de l’Etat. Dans cette cagnotte, le secteur des hydrocarbures a versé 769.6 milliards de Fcfa en 2013 soit plus de 29% des revenus du pays. Le transport pétrolier et le secteur minier ont quant à eux contribué à hauteur de 18.7 milliards de Fcfa soit 0.7%. Au total, les revenus du secteur extractif alloués au budget national ont contribué à hauteur de 30% des revenus de l’Etat pour l’année 2013.
Le reste des revenus soit 4.9% issus du secteur extractif a été consacré aux paiements sociaux conformément à l’article 89 du code minier qui prévoit une compensation de 10% au bénéfice des populations riveraines et de 15% à la communauté territorialement compétente. Les  transferts infranationaux des revenus provenant du secteur des industries extractives en 2013 tels que déclarés par la Direction générale des Impôts (DGI), s’élèvent à 1 662 millions de FCFA.  Les montants rétrocédés au titre des transferts infranationaux en direction des collectivités territoriales compétentes tels que rapportés par le Trésor se sont élevés à 64 millions de FCFA. 14 communes au total ont bénéficié de ces transferts. En somme, les paiements reportés par les sociétés extractives au titre des projets de dépenses sociales oscillent autour de 343.142 millions de FCFA.
Par ailleurs, la part du secteur extractif dans le Produit intérieur brut (Pib) s’élève à 5.4%. Les revenus provenant des exportations en 2013 sont de l’ordre de 1133.6 milliards de FCFA. Cette contribution est en nette régression par rapport à l’année précédente ou l’on a enregistré 40% d’apport aux exportations, 31% aux revenus de l’Etat et 5.8% au Pib. Lesindustries extractives ont employé 2 127 personnes. Parmi elles, 2 008 sont des nationaux. Le secteur pétrolier est le principal employeur avec 1 281 employés nationaux contre 727 pour le secteur minier. Le secteur extractif est donc une niche d’emploi conséquente.
Le Ministre des Finances, Président du Comité de suivi de l’Itie au Cameroun s’est  réjoui  de constater que les ressources issues du sous-sol camerounais bénéficient déjà à toutes les couches sociales. "L’objectif de cette conciliation est d’aider le gouvernement du Cameroun et les différentes parties prenantes à déterminer la contribution du secteur extractif dans l’économie nationale et à améliorer le niveau des conditions de vie des populations à travers une gestion transparente".
«La publication de ce rapport témoigne, sans nul doute, d’une certaine maîtrise du processus de conciliation », a reconnu le ministre des finances, Alamine Ousmane Mey. Octobre 2016 est la date de la prochaine validation du Cameroun comme «pays conforme » à l’initiative ITIE.

Benjamin Ombé

Financement
30 milliards pour la relance de Camair-co
Cet argent servira notamment à l’acquisition de nouveaux équipements.
L’Etat du Cameroun est résolument décidé d’emprunter le vol de Camair-co pour la destination de l’émergence en 2035. C’est la leçon que l’on peut tirer de la convention de prêt de 25 milliards de FCFA qu'ont signé le 16 juin 2015 le ministre des finances Alamine Ousmane Mey et le directeur général de la compagnie aérienne nationale Camair-co, Nana Sandjon au titre d’emprunteur et comme prêteur les directeurs généraux d’un pool bancaire ( Ecobank Cameroon, CBC, UBC) . Parmi les 25 milliards, 22.5 milliards seront consacrés à l’investissement et 2.5 milliards au fonctionnement. Une enveloppe de 5 milliards est annoncée pour renforcer le fonds de roulement de la compagnie nationale. Au final, le présent prêt est basé sur un montant de 30 milliards.
L’Etat a pris des mesures pour assurer une gestion optimale de ces financements. Après avoir fait un diagnostic sur les besoins de la compagnie, le Dg de Camair-co connaît bien les priorités. "Cet argent nous permettra d’acquérir d’autres appareils pour palier au problème d’annulation en cascade des voyages" a-t-il expliqué.
Le rêve de l’Etat du Cameroun est selon le Ministre des finances de voir "voler plus haut et plus loin la compagnie nationale ". Alamine Ousmane Mey a par conséquent invité les responsables de Camair-co à doubler d’efforts afin d’atteindre les objectifs visés à savoir satisfaire les clients et résister à la concurrence qui devient accrue dans le secteur. De plus, le Minfi, n’a pas hésité à rappeler au Dg de "respecter ses engagements dans un contexte marqué par la rareté de ressources".  Pour sa part, Nana Sandjon s’est voulu rassurant  sur la bonne gestion des ressources mises à sa disposition.

Concours de l'Institut de l'Economie et des Finances [Urgent]

Le Ministre des finances informe que l'Institut de l'Economie et des Finances-Pôle Régionale de Formation des Régies Financières de l'Afrique Centrale (IEF-Pôle Régionale) organise un concours pour le recrutement dans les filières de formation pour les metiers suivants :

Communiquer TV : Version française | Version anglaise

Communiquer TV (portant tenue du concours) : Version française

Constitution du dossier : Version française | Version anglaise

Les Fons du Nord-Ouest reçus par le Minfi

Ils sont venus porter le message d’encouragement des populations et des élites du Nord-Ouest au chef de l’Etat, pour la nomination de Kendem John Forghab au poste de directeur général adjoint de la Caisse autonome d’amortissement (CAA) le 24 octobre 2014 par le président de la République. En sus de cette gratitude, ils ont voulu présenter leurs félicitations au chef de l’Etat pour la conduite des affaires du Cameroun et surtout le tournant décisif qu’il vient de prendre pour le développement du pays à travers la réalisation des grands chantiers et l’émergence en 2035. Le ministre des Finances qui les a reçus, en a profité pour leur adresser ses encouragements pour la sagesse de leur démarche non sans promettre de transmettre à qui de droit ces messages d’encouragements.      

Le ministre des finances reçoit l’ambassadeur des Etats-Unis

Depuis le 22 août, Michael Hoza, diplomate américain totalisant 29 années de carrière dans la diplomatie, officie au Cameroun dans la chancellerie américaine. Pour marquer les liens forts qui unissent son pays, les Etats-Unis au Cameroun, il a été reçu en audience le 30 octobre 2014 par le ministre des Finances Alamine Ousmane Mey. Cette visite au cabinet du Minfi intervient au lendemain de la tenue d’un forum économique aux Etats-Unis qui a vu la participation chef de l’Etat et d’une bonne brochette d’opérateurs économiques.

Au cours de l’audience, le diplomate américain et le grand argentier ont échangé sur les relations économiques et d’affaires entre le Cameroun et les Etats-Unis et des possibilités qui s’offrent au Cameroun dans le cadre de l’Agoa, qui permet aux Etats du continent de faire entrer aux Etats-Unis des marchandises en franchise des droits de douane.

Le Cameroun et les Etats-Unis qui partagent des relations dans le domaine politique, diplomatique, économique et technique, entretiennent une coopération jugée fructueuse par les différents Etats.

 

Lire la suite : Audience 

En savoir plus