Actualités

 

 

Un pas de géant dans la modernisation des douanes camerounaises

« Nous voulons sur la base de l’expérience qui est celle de référence dans ce domaine, promouvoir l’administration des douanes dans ses missions de collecte, mais aussi de gestion efficace et harmonisée de facilitation du commerce conformément à la convention de Kyoto ». Ainsi parlait le Ministre des Finances Alamine Ousmane Mey le vendredi 04 septembre 2015. Déclaration faite au terme d’une cérémonie de signature d’un mémorandum d’entente entre les douanes camerounaises et coréennes et d’un contrat de partenariat public-privé entre le gouvernement camerounais et la société coréenne CAMPASS.

La signature desdits documents scelle une plateforme de coopération active entre le Cameroun et la Corée en vue de la modernisation du système d’information des douanes camerounaises qui pourront désormais s’abreuver à la source de la forte expérience coréenne dans le domaine des TIC.

Pour le Ministre des finances, les douanes camerounaises réalisent certes déjà des performances remarquables en termes de ressources mobilisées, « mais elles veulent également s’inscrire dans une dynamique d’administration moderne qui facilite les transactions commerciales, qui gère suffisamment les risques pour protéger notre espace économique ». Le Cameroun peut donc à travers cette nouvelle coopération avec la Corée du Sud, financer, réaliser, gérer et assurer la maintenance d’un nouveau système informatisé de gestion dématérialisée de ses activités douanières dénommé UNIPASS. Une avancée qui va certainement booster un peu plus les performances douanières et que le Ministre des Finances range dans les« préoccupations légitimes exprimées par le Président de la République, S.E. Paul Biya ».

BUDGET 2016 : LES PRESCRIPTIONS DU CHEF DE L’ETAT.

 

circulaire preparation budget 2016

 

Le président de la république S.E. Paul Biya a signé le 13 aout 2015, la circulaire relative à la préparation du budget de l’Etat pour l’exercice 2016. Plantant le décor d’entrée de jeu ; le chef de l’Etat a indiqué  que « la préparation du budget de l’Etat pour l’exercice 2016 démarre dans un contexte international marqué par la redistribution des vecteurs de la croissance mondiale » qui écrit- il devrait, d’après les estimations du Fmi, passer de 3,4% en 2014 à 3,5% en 2015 et 3,8% en 2016. Au plan national, l’environnement économique est marqué par la chute des cours du pétrole  et des matières premières,  la guerre contre Boko Haram et l’insécurité transfrontalière.
Malgré cette morosité constatée au plan mondial et national, le président de la République prescrit au gouvernement de  garder le cap de la performance et de rester accroché  aux objectifs initiaux :    « Au cours de l’année 2016, a – t- il instruit, l’objectif majeur demeure l’accélération de la croissance économique , pour la rendre plus forte, durable, inclusive et génératrice d’emplois, à travers notamment  la modernisation de l’appareil de production, l’amélioration de la productivité, de la compétitivité, de l’accès au financement et du climat des affaires ainsi que la promotion de l’émergence des industries locales et la poursuite de la diversification de l’économie » .
    Le chef de l’Etat demande également aux artisans de la préparation du budget 2016 de veiller a l’achèvement des grands projets structurants de première génération ; d’accélérer la préparation des grands projets de deuxième génération ; d’accélérer la mise en œuvre du plan d’urgence triennal afin de dynamiser la croissance ; d’accélérer la mise en place des infrastructures relatives à l’organisation des coupes d’Afrique de football 2016 et 2019 et de promouvoir la production, la consommation  et l’exportation des produits locaux, afin de réduire  le déficit de la balance commerciale.
    Dans cette optique, le chef de l’Etat donne quelques orientations fermes devant gouverner  à l’élaboration dudit budget. Les principales étant notamment que l’approche de la budgétisation par programme devra se poursuivre et se consolider afin de permettre une meilleure efficacité de l’action publique ; les programmes eux-mêmes devront découler des stratégies sectorielles élaborées sur la base  des objectifs définis dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE).
Le président de la République a une fois de plus souligné  la nécessité de renforcer la discipline budgétaire.
En ce qui concerne la politique budgétaire  à actionner pour atteindre les objectifs sus-indiqués, le chef de l’Etat instruit que celle-ci continue « d’intégrer l’obligation de résultat. Ceci induit naturellement qu’en matières de recettes, l’objectif  principal  demeure la mobilisation optimale des ressources budgétaires  internes non pétrolières  et leur sécurisation ainsi que la rationalisation et la maitrise des régimes fiscaux  incitatifs ».

Son Excellence Holger MAHNICKE, reçu en audience par Alamine OUSMANE MEY.

Ce 17 août 2015, les relations bilatérales entre le Cameroun et l’Allemagne notamment sur le plan économique ont meublé l’entretien de près de 45 minutes entre le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Cameroun et le Ministre camerounais des Finances. Au sortir de l’audience Holger MAHNICKE s’est réjoui de l’état des relations entre le Cameroun et l’Allemagne. Se confiant à la presse, il s’est engagé à faire progresser le volet économique qui semble être le maillon faible de la coopération entre les deux pays.

A 55 ans, Holger MAHNICKE est un diplomate chevronné. Après sa préparation à la carrière diplomatique, catégorie supérieure au Ministère fédéral des affaires étrangères, il a été tour à tour Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne à Caracas au Venezuela (1992-1995), à Paris en France (2009-2012), puis Premier Secrétaire et chargé des affaires à Abu Dhabi aux Emirats-Arabes-Unis (1998-2002) et à Kuala Lumpur en Malaisie (2002-2004). Il est Ambassadeur d’Allemagne au Cameroun depuis le 31 juillet 2015.

MINFI-MINDEF unis pour la défense des eaux territoriales

IMG 4530

Une convention de partenariat  relative à la surveillance douanière du plan d’eau a été signée ce 11 août 2015 à Yaoundé.

Plus d’obstacle juridique au déploiement opérationnel des personnels des douanes dans les espaces maritimes, fluviaux et lacustres du Cameroun. Une convention de partenariat a été signée ce 11 août 2015 entre le Ministre délégué à la Présidence chargé de la Défense  Edgard Alain MEBE NGO’O et  le Ministre des Finances Alamine OUSMANE MEY à cet effet.
Pour la mise en œuvre, un comité  mixte Douane / Marine Nationale présidé par le Directeur Général des Douanes Mme LIBOM LI LIKENG Minette secondée par le Contre Amiral Jean MENDOUA. Dans son propos de circonstance, le Ministre des finances a remercié le Ministre de la Défense pour son soutien constant aux activités de l’administration des douanes. Un corps paramilitaire dont l’influence sur l’environnement sociopolitique et économique aux plans national, sous régional et international en fait dorénavant un acteur majeur aux enjeux stratégiques de défense.  Le Ministre délégué à la Présidence chargé de la Défense quant à lui a loué la synergie qui a toujours existé entre la Douane et la Marine Nationale. Il a salué "la collaboration efficace qui permet aujourd’hui aux équipes de la Direction Générale des Douanes de mieux constater et de mieux réprimander toutes les infractions douanières sur le plan d’eau". Il a par ailleurs exhorté les membres du comité de suivi de cette convention à traduire dans les faits la décision du gouvernement.
La convention signée ce jour entre le MINDEF et le MINFI est la matérialisation des résolutions du sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), de la Communauté Economique des Etats de L’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Commission du Golfe de Guinée (CGG) sur la sécurité et la sûreté maritimes dans le Golfe de Guinée tenu à Yaoundé en juin 2013. C’est la deuxième du genre après celle signée en décembre 2013 entre le MINEPIA et le MINDEF relative à la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non règlementée.

IMG 3479
Douanes camerounaises : Un avenir en rose pour les reformes


 «Contraintes et opportunités des politiques de modernisation douanières dans le contexte de la facilitation et la sécurisation des échanges», C’est le thème qui a soutendu les travaux de la première conférence des donateurs de la Région de l’Afrique occidentale et centrale (AOC) de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) tenue du 8 au 9 juillet 2015 à Yaoundé. Les travaux se sont achevés sur un motif de satisfaction. «Les bailleurs de fonds et les divers partenaires se sont engagés à nous accompagner. Nous allons travailler ensemble et peaufiner certains projets avec leur collaboration, car, il est important que notre vision soit conforme à leur agenda. Nous avons désigné les chefs des projets régionaux», a déclaré Kunio Mikuriya, le Secrétaire général de l’Omd, lors de la conférence de presse, qui a sanctionné les travaux.

Le Ministre des Finances Alamine Ousmane MEY s’est quant à lui félicité de la forte implication des partenaires au développement tout en reconnaissant qu’«une nouvelle ère s’ouvre. Certes inaugurale, la première conférence des donateurs a été importante et déterminante. En effet, parmi les défis actuels, il y a notamment la mutualisation des ressources. A côté de cela, il y a eu une forte implication des partenaires au développement.» Tout en saluant : «l’excellence de la présentation des différents conférenciers, le travail d’analyse d’une clarté et d’une exhaustivité certaine».
L’avenir de la réforme et de la modernisation des douanes peut donc être envisagé «avec beaucoup d’optimisme», comme l’a soutenu  Minette Libom Li Likeng, le Vice-président de la Région Aoc de l’Omd, par ailleurs directeur général des douanes du Cameroun. Toutefois, «les financements souhaités seront disponibles sur la base de la pertinence des projets et des propositions», a-t-elle souligné.

C’est ainsi que tout en reconnaissant : «le soutien du gouvernement à renforcer la modernisation et les capacités du personnel des douanes» ; Kunio Mikuriya, le Sg de l’Omd, qui avait d’ailleurs été reçu en audience par Alamine Ousmane Mey, a confié : ««Il y aura donc une deuxième, une troisième, une quatrième, une énième conférence des donateurs. Dans d’autres régions, c’est à partir de la deuxième ou de la troisième conférence que les financements ont été disponibles ».

En savoir plus