Financements
Le FMI approuve la deuxième revue du programme Economique et Financier du Cameroun.

Le Conseil d’administration du FMI tenu 6 juillet à Washington, a approuvé le décaissement 77,8 millions de dollars au profit du Cameroun.

De l’avis de certains observateurs, Abebe Aemro Selassie, directeur du département Afrique du FMI, était porteur de la bonne nouvelle au Grand argentier du Cameroun, Louis Paul Motaze le 5 juillet 2018. Il a fallu attendre la journée du 9 juillet, pour que le Fonds communique enfin sur cette excellente nouvelle : le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI), réuni le 6 juillet 2018 à Washington, a approuvé un décaissement de 55,2 millions de droits de tirages spéciaux, soit environ 77,8 millions de dollars en faveur du Cameroun.
Le nouvel appui budgétaire du Fonds vient ainsi taire toutes les spéculations et supputations qui ont prospéré lors de la clôture de la mission de la 2ème revue du Programme économique et financier du gouvernement appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC), conclu entre le FMI et le Cameroun le 26 juin 2017, pour un montant total de 483 millions de DTS (environ 680,7 millions de dollars, soit 175% du quota du Cameroun).
Selon le directeur général adjoint du FMI, Mitsuhiro Furusawa, cette performance du Cameroun a été rendue possible grâce à une mise en œuvre efficace et globalement satisfaisante des réformes structurelles, ainsi qu’une accumulation plus rapide des avoirs extérieurs nets en raison d'un resserrement du déficit du compte courant. Mais, regrette le directeur général adjoint du FMI, «la performance du Cameroun dans le cadre de son programme appuyé par la FEC, a été mitigée dans un contexte de ralentissement de l'activité économique et de préoccupations sécuritaires». 
L’exécution du programme économique et financier du gouvernement aurait eu meilleur destin si les dépenses publiques n’avaient pas connu une accélération substantielle en fin d’année. Ce qui a eu pour conséquence de ralentir l’assainissement budgétaire bien que celui-ci ait bien démarré et permis de bons résultats au niveau de l’ajustement fiscal et externe ; toutes choses qui ont soutenu l’accumulation des réserves de change de la BEAC. 
 En outre, l’institution de Bretton Woods estime que la croissance du pays devrait avoir ralenti à 3,2% en 2017, principalement en raison d'une forte baisse de la production de pétrole malgré le rebond progressif des prix internationaux. Tandis que l'inflation est restée faible et inférieure à 1% par an.
Mais, selon le FMI, les perspectives macroéconomiques du Cameroun restent positives et devraient afficher de bonnes performances à moyen terme. Car, avec le dépassement des objectifs de mobilisation des recettes non pétrolières, le rebond des recettes pétrolières et les réformes structurelles engagées dans la gestion des finances publiques, le pays devrait vivre un regain de sa croissance à 4%, sous l'effet de la production de gaz, des activités de construction de la Coupe d'Afrique des Nations 2019 et de l'amélioration de l'approvisionnement énergétique, tandis que l'inflation devrait rester faible.
À moyen terme, la croissance devrait progressivement atteindre son potentiel de 5 à 5,5%, soutenue par la mise en service d'infrastructures clés d'énergie et de transport et l'augmentation de l'investissement privé.  Le FMI observe que le déficit du compte courant s'est réduit à 2,7% du PIB et note un redressement des flux de capitaux. En dépit de l’atonie observée au niveau des crédits au secteur privé (2,3% en glissement annuel), le secteur bancaire reste stable.

En savoir plus