Budget 2018

4513 milliards de FCFA pour la poursuite des investissements

Par cette enveloppe budgétaire, le gouvernement veut passer de la période d’austérité et de résilience, au retour de la sérénité dans sa trésorerie.

budget 2018 1Adopté par le Parlement au cours de la session budgétaire qui s’est achevée le 08 Décembre 2017, la loi des Finances 2018 a été promulguée le 20 décembre 2017 par le Président de la République. Le contexte qui marque l’exécution de la loi de Finances 2018, est différent de celui de 2017. Alors que le Cameroun venait d’accueillir une réunion de haut niveau convoquée par le Fonds monétaire international à l’intention des chefs d’Etat des pays de la CEMAC, avec pour objectif d’adresser des réponses efficaces à la crise qui secoue l’espace communautaire, en 2018, le pays vient de signer un accord avec la communauté des bailleurs de fonds dont le FMI, au titre de la facilité élargie de crédit. Cet instrument donne au gouvernement des marges de manœuvre dans la mobilisation des ressources financières, le respect de ses engagements vis-à-vis des fournisseurs et surtout, fluidifie la gestion de la trésorerie.

Pour l’exercice en cours, le budget du Cameroun affiche une hausse de 139,7 milliards de FCFA à 4513,5 milliards de FCFA. Cette enveloppe est adossée à une prévision de croissance de 4,2% ; ce qui traduit la tendance à l’embellie dans la gestion des finances publiques telle que voulue dans la feuille de route tracée avec les bailleurs de fonds, afin de redresser la structure des dépenses de l’Etat, attirer et réaliser davantage de recettes au niveau interne, et appuyer l’investissement à travers le règlement de la dette intérieure, et, par un effet de ruissellement, relancer la consommation.


budget 2018Dans les grandes innovations de ce texte, on note l’élargissement de l’assiette fiscale et douanière. Ainsi, le transport aérien, les jeux de hasard, les produits de grande consommation (jus de fruit, vins et eau minérale), matériels et équipements informatiques, tout y passe. L’élargissement de l’assiette fiscale telle que prônée par les bailleurs de fonds et mise en route par les autorités, est une réalité. C’est la raison pour laquelle l’assiette fiscale 2018 consacre une hausse de 126 milliards de FCFA par rapport à l’exercice 2017. Cette année, de manière spécifique, les impôts doivent contribuer à hauteur de 3 175 milliards de FCFA, dont 2 645 milliards de FCFA de recettes fiscales, 232,5 milliards de FCFA pour l’impôt sur le revenu des personnes physiques, et 360 milliards de FCFA au titre de l’impôt sur les bénéfices des sociétés non pétrolières.


Parce que tout le monde doit apporter sa contribution à la collecte des ressources, l’Etat a étendu le potentiel de contribuables aux personnes morales ou physiques domiciliées hors du Cameroun et qui perçoivent des revenus issus des entreprises ou établissements basés au Cameroun, l’Etat ou les collectivités territoriales décentralisées. Celles-ci s’acquitteront désormais d’une taxe spéciale au taux global de 15%.

S’agissant de l’exécution, du contrôle et du suivi du budget, en 2018, le gouvernement consacre la réduction de son train de vie, accentue la maîtrise de la qualité de la dépense et entend resserrer la régulation. Missions à l’étranger, paiement des bourses et stages, consommations d’eau, d’électricité et de téléphone, subventions des établissements publics administratifs, le contrôle des rappels, le comptage physique des personnels de l’Etat, les frais de mise en bouche, d’entretien d’hôtel particulier, les caisses d’avance etc., connaissent une réduction drastique. Ce train de mesures vise uniquement à créer des niches d’économies qui pourront faire l’objet de reversement dans les administrations concernées sous forme de crédit de biens et services chaque trimestre


.

En savoir plus