BUDGET 2016 : LES PRESCRIPTIONS DU CHEF DE L’ETAT.

 

circulaire preparation budget 2016

 

Le président de la république S.E. Paul Biya a signé le 13 aout 2015, la circulaire relative à la préparation du budget de l’Etat pour l’exercice 2016. Plantant le décor d’entrée de jeu ; le chef de l’Etat a indiqué  que « la préparation du budget de l’Etat pour l’exercice 2016 démarre dans un contexte international marqué par la redistribution des vecteurs de la croissance mondiale » qui écrit- il devrait, d’après les estimations du Fmi, passer de 3,4% en 2014 à 3,5% en 2015 et 3,8% en 2016. Au plan national, l’environnement économique est marqué par la chute des cours du pétrole  et des matières premières,  la guerre contre Boko Haram et l’insécurité transfrontalière.
Malgré cette morosité constatée au plan mondial et national, le président de la République prescrit au gouvernement de  garder le cap de la performance et de rester accroché  aux objectifs initiaux :    « Au cours de l’année 2016, a – t- il instruit, l’objectif majeur demeure l’accélération de la croissance économique , pour la rendre plus forte, durable, inclusive et génératrice d’emplois, à travers notamment  la modernisation de l’appareil de production, l’amélioration de la productivité, de la compétitivité, de l’accès au financement et du climat des affaires ainsi que la promotion de l’émergence des industries locales et la poursuite de la diversification de l’économie » .
    Le chef de l’Etat demande également aux artisans de la préparation du budget 2016 de veiller a l’achèvement des grands projets structurants de première génération ; d’accélérer la préparation des grands projets de deuxième génération ; d’accélérer la mise en Å“uvre du plan d’urgence triennal afin de dynamiser la croissance ; d’accélérer la mise en place des infrastructures relatives à l’organisation des coupes d’Afrique de football 2016 et 2019 et de promouvoir la production, la consommation  et l’exportation des produits locaux, afin de réduire  le déficit de la balance commerciale.
    Dans cette optique, le chef de l’Etat donne quelques orientations fermes devant gouverner  à l’élaboration dudit budget. Les principales étant notamment que l’approche de la budgétisation par programme devra se poursuivre et se consolider afin de permettre une meilleure efficacité de l’action publique ; les programmes eux-mêmes devront découler des stratégies sectorielles élaborées sur la base  des objectifs définis dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE).
Le président de la République a une fois de plus souligné  la nécessité de renforcer la discipline budgétaire.
En ce qui concerne la politique budgétaire  à actionner pour atteindre les objectifs sus-indiqués, le chef de l’Etat instruit que celle-ci continue « d’intégrer l’obligation de résultat. Ceci induit naturellement qu’en matières de recettes, l’objectif  principal  demeure la mobilisation optimale des ressources budgétaires  internes non pétrolières  et leur sécurisation ainsi que la rationalisation et la maitrise des régimes fiscaux  incitatifs ».

En savoir plus