Industries extractives
829,3 milliards Fcfa de recettes minières en 2013
D’après le deuxième rapport Itie de l’exercice 2013 publié le 17 juin 2015 à Yaoundé, les contributions du secteur extractif dans le budget de l’Etat ont totalisé un montant de 788.3 milliards de Fcfa soit 95% du total des revenus.
A l’analyse du rapport Itie pour l’année fiscale 2013 présenté par le Cabinet Moore Stephens, l’on constate que les revenus issus des industries extractives ont significativement contribué à l’économie nationale.
Les recettes engendrées par les 22 entreprises retenues par le Comité Itie s’élèvent à 829.3 milliards de Fcfa. Une enveloppe de 788.2 milliards a été allouée au budget de l’Etat. Dans cette cagnotte, le secteur des hydrocarbures a versé 769.6 milliards de Fcfa en 2013 soit plus de 29% des revenus du pays. Le transport pétrolier et le secteur minier ont quant à eux contribué à hauteur de 18.7 milliards de Fcfa soit 0.7%. Au total, les revenus du secteur extractif alloués au budget national ont contribué à hauteur de 30% des revenus de l’Etat pour l’année 2013.
Le reste des revenus soit 4.9% issus du secteur extractif a Ă©tĂ© consacrĂ© aux paiements sociaux conformĂ©ment Ă  l’article 89 du code minier qui prĂ©voit une compensation de 10% au bĂ©nĂ©fice des populations riveraines et de 15% Ă  la communautĂ© territorialement compĂ©tente. Les  transferts infranationaux des revenus provenant du secteur des industries extractives en 2013 tels que dĂ©clarĂ©s par la Direction gĂ©nĂ©rale des ImpĂ´ts (DGI), s’élèvent Ă  1 662 millions de FCFA.  Les montants rĂ©trocĂ©dĂ©s au titre des transferts infranationaux en direction des collectivitĂ©s territoriales compĂ©tentes tels que rapportĂ©s par le TrĂ©sor se sont Ă©levĂ©s Ă  64 millions de FCFA. 14 communes au total ont bĂ©nĂ©ficiĂ© de ces transferts. En somme, les paiements reportĂ©s par les sociĂ©tĂ©s extractives au titre des projets de dĂ©penses sociales oscillent autour de 343.142 millions de FCFA.
Par ailleurs, la part du secteur extractif dans le Produit intérieur brut (Pib) s’élève à 5.4%. Les revenus provenant des exportations en 2013 sont de l’ordre de 1133.6 milliards de FCFA. Cette contribution est en nette régression par rapport à l’année précédente ou l’on a enregistré 40% d’apport aux exportations, 31% aux revenus de l’Etat et 5.8% au Pib. Lesindustries extractives ont employé 2 127 personnes. Parmi elles, 2 008 sont des nationaux. Le secteur pétrolier est le principal employeur avec 1 281 employés nationaux contre 727 pour le secteur minier. Le secteur extractif est donc une niche d’emploi conséquente.
Le Ministre des Finances, PrĂ©sident du ComitĂ© de suivi de l’Itie au Cameroun s’est  rĂ©joui  de constater que les ressources issues du sous-sol camerounais bĂ©nĂ©ficient dĂ©jĂ  Ă  toutes les couches sociales. "L’objectif de cette conciliation est d’aider le gouvernement du Cameroun et les diffĂ©rentes parties prenantes Ă  dĂ©terminer la contribution du secteur extractif dans l’économie nationale et Ă  amĂ©liorer le niveau des conditions de vie des populations Ă  travers une gestion transparente".
«La publication de ce rapport témoigne, sans nul doute, d’une certaine maîtrise du processus de conciliation », a reconnu le ministre des finances, Alamine Ousmane Mey. Octobre 2016 est la date de la prochaine validation du Cameroun comme «pays conforme » à l’initiative ITIE.

Benjamin Ombé